samedi 16 septembre 2017

verdict des vendanges 2017

ouch la saison viticole a encore file a toute allure!! pas eu le temps d'actualiser ce blog, notamment après le coup dur du printemps avec deux nuits de gel assassines  les 19 et 29 avril) qui ont détruit les deux tiers des surfaces de mes vignes. Durement touché comme beaucoup de collègues dans toute la France.Dont le coteau d'Argis et les vignes de ceyzerieu dur donc pour le moral et pour une année sensée être celle du renouveau cf post précèdent.
Mais heureusement les cieux ont été par la suite plus cléments avec un printemps été secs et chauds donc propices à la vigne. Ce qui n'avait pas été détruit est arrivé très vite a maturité, début des vendanges le 6 septembre a st Sorlin en Bugey par des gamay a 13.6% d'alcool potentiel!! merci la chaleur de fin août.
t

Recolte d'abondance correcte ici mais pas pléthorique non plus des parcelles ayant souffert de la sècheresse, altesse de st sorlin notamment. plus deux épisodes de grêle qui ont nécessite un tri sévère sur les rouges!! Quelle année pas de tout repos encore..
  Et des parcelles très attaquée par les oiseaux qui se sont régalés ces derniers jours!!Heureusement j'ai pu trouver des vignerons travaillant proprement leurs vignes même si pas en bio, qui ont accepté de me vendre des raisins sur pieds, gamay des montagnes du bugey quasiment bio, et altesse ou roussetteS très vieilles vignes (100 et 90 ans) enherbées et rendements maitrisés dans le nord du département donc des vendanges un peu plus disséminées que d'habitude, sportif!



très belles maturités, et bon équilibres sucres acides tout ca est rentre à l'abri et commence a fermenter tranquillement.  reste des mondeuses plus tardives a rentrer mais fini d'ici une semaine.
on tient donc Le bon bout!


vendredi 31 mars 2017

2017 ANNEE DU RENOUVEAU!

Je trouve quelques instants pour sortir ce blog de son mutisme latent depuis près d'u a an, quelle année, une année 2016dont je me souviendrais longtemps mais ps vraiment en bien, une année a oublier donc...
 En effet même si la fin d'hiver nous a vu épargné par le gel quand tant de vigneron de France ont vu leur recolte saccagée en une ou deux nuits, c'est le deluge qui s'est abattu sur nous tout le printemps qui a fait de cette année un calvaire dans les vignes! deja tres occupé par les travaux de renovation à la grange de la pavaz, pour y aménager notre future chez nous avec ma chère et tendre.  le temps pourri m'a contraint à mettre les bouchées doubles pour preserver les vignes de s assauts répétés du mildiou q profitant des conditions tres humides continuelles.. En bio on traite avec des produits naturels, peu offensif du coup quand il pleut, on traite souvent!chaque semaines de juin en fait... et commez je changeait de chenillard, le precedent vendu et le nouveau pas arrivé tout cela a du etre fait a dos d'homme, travail ereintant au possible.. et alors qu'on enrevoyait la fin du calvaire vers le 10 juillet et que nous emmenagions dans notre nouvelle demeure à la pavaz, le 13 juillet au soir patatrac, malaise, urgence hopital neuro à lyon pour cause d'un avc ischemique, je passe les deuX opérations, puis unE hemorragie cerebrale qui a bien falli m'emporter...  puis 4 jours de coma suspendu entre vie et mort... avec au final beaucoup de peur et pas tant de mal, une main très engourdie et une paralysie faciale qui me gene encore tres peu.. Et puis 5 mos de reeducation à henry gabriel, st genis laval a regarder filer l'été et essayer de comprendre ce qui m'est arrivé... et les vendanges qui arrivent avec retour du grand soleil et de la chaleur, grand merci aux copains vignerons solidaireS Francois, Greg et Jean- Christophe qui ont assuré l'interim dans les vignes jusqu'a la fin de saisoN. Francois et  Gregoire qui m'ont acheté les raisins et sauvé ce millésime qi était bien compromis pour moi. Pas de vin donc aux grangeons de l'albarine en 2016 année noire, excepté une micro- cuvée de vin de paille de chasselas que j'ai pu vendanger sur un week end de permission de l'hopital!

mardi 26 janvier 2016

Un essai qui pourrait être concluant

Le milllésime 2015 va nous réserver de belles surprises, c'est une certitude.
J'ai ainsi pu réaliser un essai grandeur nature cette année, en ramassant environ 450 kilos de raisins blancs de chasselas le 27 août, que j'ai mis à sécher dans de petites cagettes plastiques, sous ma grange (future maison) un peu comme ce qui est pratiqué dans le Jura voisin, pour l'élaboration du fameux vin de paille. Le but est de sécher les grains de raisins, et de faire se concentrer le jus qui devientalors très chargé en sucre et acide et arômes spécifiques au séchage.





Le 22 janvier 2016, après après de 5 mois de séchage j'ai pressé les raisins des caissettes dans un vieux pressoir à vis verticle que j'ai acheté à un "papy" pour l'occasion.




 Le pressurage à durée près de 20h (écoulage d'une nuit), pour obtenir 60 l de nectar: de raisins récoltés à 9,5% d'alcool potentiel, le jus pressé titre près de 19 %, soit 323 g/l de sucre! La concentration a doublé lors du séchage. Reste plus qu'à attendre que ce jus fermente dans les bonbonnes en verre données par l'ami Big Vinc' pour l'occasion. Le but est d'attendre que les levures 'calent' naturellement devant l'ampleur du sucre et de l'alcool en présence :l'équilibre potentiel idéal serait de 13% d'alcool acquis, et une centaine de grammes de sucre résiduels pour un moelleux 'nature'... Qui vivra verra cette petite douceur des Grangeons de l'Albarine! Santé